fbpx
Now Reading
Maëlle Kabir-Querrec, ABB

Wir bezahlen deine digitale Weiterbildung. Klicke hier und sichere dir bis zu CHF 1'000.-.

Maëlle Kabir-Querrec, ABB

  • La passion d'apprendre
  • Un impact concret & direct pour l'entreprise
  • Dépasser les frontières de sa formation initiale

“Quand on découvre quelque chose de nouveau, il y a juste du plaisir.”

Kabir-Querrec est une jeune femme de 31 ans, titulaire d’un doctorat et chercheuse en cyber sécurité des systèmes industriels. Son quotidien consiste à identifier des problématiques complexes, définir des approches à explorer, les mettre en œuvre et les évaluer. C’est un travail pointu, où se mêlent conduite de projet et diffusion des résultats, en interne et en externe.

La passion d’apprendre

En toute logique, la formation fait partie intégrante de son métier de chercheuse. Il faut constamment s’informer des dernières avancées et les étudier, les comprendre pour pouvoir ensuite pleinement les intégrer à son champ d’activité. ABB encourage beaucoup les initiatives de formation continue, notamment l’organisation de séminaires en interne, « par l’équipe & pour l’équipe. »

Son équipe est spécialisée en informatique. «Chaque année, nous choisissons ensemble un thème pour lequel nous souhaitons monter en compétences. Par équipe de 3, nous préparons ensuite une journée de formation, moitié théorie, moitié pratique, à l’intention du reste de l’équipe. Il s’agit en général de notions ou technologies récentes auxquelles nous n’avons pas été initialement formées pendant nos études puisqu’elles n’existaient pas ou étaient à leurs balbutiements. »

Les thèmes des séminaires sont surtout liés à l’intelligence artificielle ou à des nouveaux outils de développement informatique. Il s’agit donc d’une forme d’auto-formation et chaque séminaire dure une journée environ; la préparation demande aux formateurs environ une semaine de travail.

Maëlle est ravie que ce système de séminaires d’auto-formation existe; c’est une démonstration concrète que son employeur soutient l’apprentissage continue, intrinsèque à la recherche.

Un impact concret & direct pour l’entreprise

Les nouvelles compétences et connaissances acquises au cours de ces séminaires ont un impact direct. Elles permettent d’identifier plus rapidement le potentiel pour ABB et proposer de nouveaux projets de recherche. 

«  Certains de ces séminaires se sont révélés particulièrement pertinents pour les projets dans lesquels j’étais impliquées. Les nouvelles connaissances & compétences acquises m’ont permis de m’approprier plus rapidement le projet et mes tâches, car c’était l’occasion d’être déjà familière avec certaines notions et techniques clés. »

Épanouissement, discipline, plaisir sont les 3 mots qui viennent à l’esprit de Maëlle pour décrire ces expériences d’auto-formation. Et l’interaction au sein du groupe est un défit particulièrement stimulant.

« Il n’est pas évident de former d’autres personnes à un sujet nouveau pour soi-même. Surtout quand l’assistance compte parfois des personnes qui en savent un peu plus sur la question que vous-même. Mais c’est une excellente école ! »

Für Sie empfohlen

Dépasser les frontières de sa formation initiale

Maëlle en est convaincue: suivre des formations et acquérir de nouvelles compétences est une façon de grandir, une source d’épanouissement personnel et un vecteur de développement professionnel.

«  Apprendre quelque chose de nouveau nous met dans la posture de celui qui ignore. Ça oblige à ne rien considérer comme acquis et c’est une petite leçon d’humilité qui fait toujours du bien. Ça booste la créativité, ce qui est utile dans tous les aspects de la vie. En termes de carrière, encore, acquérir de nouvelles compétences ne peut qu’apporter de nouvelles opportunités. »

Dans le domaine du digital, elle aimerait désormais de se perfectionner dans l’algorithmie et les structures de données. Il s’agit des bases théoriques de l’informatique qu’elle n’a pas vraiment acquises dans sa formation initiale. « J’ai appris sur le tas à programmer et ce que je produis est plutôt dirty ! » Et pour ça, un cours en ligne (MOOC) lui paraît être la bonne solution, mais il faut pouvoir y consacrer une dizaine d’heures par semaine pour que ça serve à quelque chose.

« Si c’était à refaire, j’aurais fait des études d’informatique plutôt qu’ingénieur généraliste. En dehors du domaine du digital, je suis très curieuse de tout ce qui touche à la biologie, les neurosciences, la nutrition, le jardinage… Et il peut bien sûr y avoir des liens entre ces domaines et le digital ! »

© 2019 digitalswitzerland. All Rights Reserved. Terms of use and privacy policy | Code & Design

Nach oben